Il était une fois ! 

Cela faisait longtemps que je n’étais pas venu vous rendre visite. L’occasion est belle. J’aimerais vous présenter mon prochain roman : la loi des hommes. J’ai longtemps hésité sur la façon d’aborder le sujet, autant commencer par le début. 

Je suis souvent en recherche d’informations diverses sur Internet, c’est un peu comme une encyclopédie où toutes les questions sont permises, toutes les réponses aussi. C’est par hasard que j’ai lu un article qui m’a surpris, décontenancé serait plus approprié. Certains pourraient l’appeler… un fait divers. 

J’ai tout d’abord pensé qu’il y avait une erreur, mais l’article provenait d’un journal à grand tirage, et je ne pouvais pas le mettre en doute. Pourtant, toutes les connaissances acquises en tant qu’Officier de police judiciaire, mes enquêtes, me disaient le contraire. J’ai alors réagi comme d’habitude ; j’ai fouillé le web et je me suis aperçu que le journal disait vrai. J’ai voulu en savoir plus, le sujet m’interpellait. De fil en aiguille, je me suis retrouvé avec une somme prodigieuse d’informations, diverses, parfois sans réel lien. Le sujet attisait ma curiosité, et je ne parvenais pas à m’en détacher. J’ai fouillé encore, loin, ailleurs, dans le passé… et je n’en ai pas cru mes yeux.

L’idée du roman m’est alors venue, ce fut comme un déclic, une évidence. Deux livres, plusieurs films, une thèse, des dizaines d’articles de journaux plus tard, j’étais prêt. Tout prenait forme dans mon esprit.

Entre-temps, une rencontre avec les éditeurs de Slatkine & compagnie changea le destin de cette histoire. Elle ne serait pas autoéditée, mais publiée et se verrait le droit de siéger dans sur les présentoirs des librairies. J’aime à dire que la vie se construit sur des rencontres et c’en est un exemple parfait.

La naissance.

Le roman prit naissance dans les premiers mois de 2019. Je profite de cet article, pour remercier Sarah : une lectrice de la première heure qui me fait le plaisir depuis quelques années de travailler avec moi, en m’offrant son regard critique. Pour la première fois, elle n’eut pas trop à redire, le synopsis était déjà bien ficelé avant de m’attaquer aux premiers chapitres. Deux auteures talentueuses me firent la gentillesse de lire la version finalisée : Alice Quinn et Ève Ruby Lenn. Je les remercie pour les conseils précieux et leur regard bienveillant. Au passage, je vous conseille leurs romans. 

Le travail éditorial pouvait commencer. C’était l’un des points principaux qui m’avaient poussé à signer avec une maison d’Edition. J’écris et publie des romans depuis 2014, avec toujours en tête l’espoir et le désir de m’améliorer, mais je percevais comme une nécessité d’aller plus loin, que l’on me chahute un peu. Sans doute aussi, avais-je besoin de me rassurer. Le roman bénéficia de nombreuses retouches, d’ajustements et d’améliorations. La publication était annoncée pour début 2020… janvier.

C’était sans compter sur un événement improbable à mes yeux, Le livre de Poche souhaitait éditer la tête du lapin bleu, sous le titre Les Yeux d’Ava. C’était assez incroyable, et les publications furent une première fois reportée au mois d’août, puis, pour cause d’un confinement passé par-là au premier octobre. 

De quoi ça parle ?

Venons-en à ce qui vous intéresse le plus, je l’espère : le roman.

Tout débute en 2018, dans la petite ville de Houtkerque, dans le Nord, près de Dunkerque. Jacques, la soixantaine, exerce le noble métier de cantonnier. Parfois, quand cela se révèle nécessaire, il endosse l’habit de fossoyeur.

Ce matin-là, trois tombes arrivent à échéance, vieilles de cent ans, abandonnées, il doit opérer le « déménagement » de leurs résidents vers la fosse commune. L’une des sépultures, celle de J.Wallace Hardwell l’intrigue. Elle fut des années durant à l’origine de nombreuses rumeurs, d’histoires loufoques. Que peut bien faire un nom étrange aux consonnances anglaises dans ce cimetière ?

Ce qu’il va découvrir n’est pas anodin et va bousculer sa vie tranquille, bien rodée.

L’histoire vous emmènera dans une enquête incroyable, dans un Londres bouillonnant de vie, à l’époque victorienne, celle de Jack l’Éventreur, de la ville lumière qui domine le monde. Je ne peux, bien entendu, pas vous en dire plus, si ce n’est que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce roman. Des chapitres courts, des rebondissements, et je l’espère de l’émotion. Des personnages haut en couleur pour qui j’ai beaucoup d’attachement.

J’ai adoré m’immerger dans cette période qui me faisait rêver, enfant : Sherlock Holmes, Dickens avec Oliver Twist, je m’y replongerai, un jour ou l’autre. 

Vous êtes toujours là ? Génial ! 

Le roman ” La loi des hommes ” sort le premier octobre, tout comme ” Les Yeux d’Ava “. Si l’envie vous prenait de vouloir le ou les lire, je vous invite à pré-commander chez votre libraire. Pourquoi cela ? Parce que je pense qu’ils ne seront pas en rayon dans toutes les librairies. 

Je vais tenter de motiver certains libraires autour de Valence, j’espère qu’ils me feront confiance. Vous pouvez m’aider, et aider ce roman en faisant de même.

Je vous remercie pour votre confiance, votre fidélité et votre enthousiasme qui n’a jamais fait défaut. Cette aventure, c’est à vous que je la dois, et je vous en suis reconnaissant. 

À bientôt ! 

Ma plume est la vôtre,

Wendall