Lauréat des Plumes francophones 2018, prix des lecteurs, ça change quoi ?

Je me devais d’écrire quelques mots concernant ce prix décerné pour « La tête du lapin bleu ». Récompense reçue des mains de Bernard WERBER, président du jury, le 9 octobre 2018 à l’Hôtel de Massa à Paris et organisé par Amazon. Il s’agissait de la troisième édition. Pour diverses raisons, j’ai préféré attendre avant de rédiger cet article. Lorsque l’on marche sur les nuages, la vue du monde réel est un peu tronquée. De plus, prendre du recul sur les événements me correspond bien. Alors curieux ?

Ça change quoi pour moi ?

Eh bien oui ! On est en droit de se poser la question ! J’ai débattu de cela avec moi-même, et on n’était pas toujours d’accord…
Pour être honnête, cela ne m’a pas rendu ni plus beau, ni plus moche, mais je mentirais si je disais que j’en ressors identique.

  Alors oui, une petite lumière s’est allumée, un truc bizarre qui réveille ton ego recroquevillé au fond de la grotte, tel Golum et son anneau.

Oui, cela fait un bien fou au moral. On a tous besoin d’encouragements, d’un mot gentil, d’une tape sur l’épaule pour se sentir mieux. Et bibi, il n’est pas différent des autres, il en avait besoin ! Je dirais que cela m’a donné un peu plus confiance en moi, et ce n’était pas du luxe !
Sinon, quoi d’autre ? En fait, je me sens encore plus redevable envers les lecteurs, c’est tout de même eux qui m’ont propulsé sur l’estrade.
Ah oui, un autre truc aussi ! Je dis souvent qu’il faut vivre ses rêves, et je le crois de plus en plus. J’ai beaucoup travaillé depuis mon premier roman, et ça, c’est la clé de tout succès, alors, l’envie de me remettre au boulot ne me lâche plus.

 

Ça change quoi pour mon roman ?

Tout d’abord, un beau bandeau rouge marqué prix de lecteurs, ça lui donne fière allure. Ça attire l’œil, ça pousse à lire la quatrième ou les commentaires. Ensuite, la mise en avant du roman par Amazon c’est du lourd. D’ailleurs je les remercie, Kindle Direct Publishing ne fait pas dans la demi-mesure. Pour preuve le roman est apparu dans des classements où il était complètement absent : au Canada, en Allemagne, j’ai même des ventes au Mexique !
Ce prix attire des lecteurs qui jusque-là ne s’étaient pas intéressés à mes écrits. Les commentaires sont plus nombreux et je reçois même quelques sollicitations.
Pour ceux qui me suivent sur ma page Facebook, ici, vous le savez déjà, il y aura une version audio du roman créée par Audible.
Il devrait y avoir, une traduction en anglais, italien ou espagnol, j’attends la proposition d’Amazon.
Le nombre de ventes d’exemplaires papier a augmenté de façon significative.

 

Ça change quoi pour les lecteurs ?

Je crois, j’espère, que cette récompense est aussi un peu la leur ; certains sont présents depuis mes débuts. Beaucoup m’ont encouragé à poursuivre, m’ont soutenu et ont cru en moi et je peinais parfois à les croire. Ce prix est aussi celui des lecteurs qui me lisent avant les autres, de ceux qui prennent de leur temps pour me conseiller, ils se reconnaîtront, je ne les cite pas j’ai trop peur d’en oublier.

 

Ça change quoi pour l’avenir ?

divination   Bien malin celui qui pourrait lire dans la boule de cristal ! j’espère que des portes s’ouvriront.
Mais sur certains points je peux répondre.
Dans un futur proche, et c’est presque terminé, je mettrais en ligne la nouvelle version de mon premier roman « Un genou à terre ». Beaucoup l’ont adoré, mais je trouvais que le style était très scolaire, plat comme une limande.
Je vais peaufiner aussi le premier opus de la légende des Klungs « Le dompteur de pluie », un roman fantasy jeune adulte… les premiers chapitres sont déjà lustrés.
L’écriture du tome deux et dernier débutera en novembre (5 chapitres sont déjà couchés sur le papier), je le dois à ceux qui ont lu le premier et qui attendent depuis une éternité.
Et ensuite ?
Eh bien, mystère ! Ça gamberge, ça doute, mais je sais que je travaillerai encore plus le suivant. La palette des registres m’est désormais ouverte, car vous (lecteurs) avez eu la gentillesse de me suivre dans des genres différents. Je n’ai donc plus peur des changements !
Mais, les histoires de vies sont tout de même celles qui me font le plus vibrer… alors ?
Alors rien n’est jamais sûr avec moi !

                                                                                                                                                             Wendall UTROI

Si vous avez des questions, des sujets que vous aimeriez que j’aborde, laissez-moi un commentaire.