Cela fait deux jours que les chaînes de télévisions, les radios et les médias en général nous rabâchent que le Kosovo est responsable d’un retard de quelques minutes par mois sur nos horloges de fours et micro-ondes.
Mais quelle horreur ! Comment ose-t-on ?

Comment donc, un pays, pas encore reconnu par tous les états de la communauté européenne (Chypre, Espagne, Grèce, Roumanie, Slovaquie),  ose-t-il se conduire ainsi et chambouler notre vie quotidienne ?

Voilà ce que l’on nous distille dans les journaux télévisés ; de la poudre de perlimpinpin, du saupoudrage d’informations. Pendant ce temps, on ne parle pas du mouvement de contestation qui gronde en France. Ni des décisions qui appauvrissent et précarisent ceux qui font vivre ce pays au profit d’une poignée de nantis.

Le Kosovo responsable ou victime ?

Mais revenons au sujet principal. Le Kosovo et sa production d’électricité. J’ai travaillé dans ce petit pays pendant plus de trois ans, et je le connais. Il faut savoir qu’il n’est pas plus grand que l’Auvergne.
Quand on atterrit sur l’aéroport qui se situe à une vingtaine de kilomètres de Pristina, la capitale, la première chose qui vous surprend, c’est l’odeur à l’approche de la ville. Une odeur de brulé, mais nauséabonde, si tant est que cette odeur puisse être agréable. Enfin on est loin de celle des grillades.
Au fil des mois, on apprend à connaître l’endroit, les gens, les infrastructures, la politique, l’histoire, les désirs, les soucis. Et parmi ces derniers, la pollution.

Le Kosovo, un pays qui souffre de la pollution et de pauvreté.

Le pays, appelons-le ainsi, ne dispose que d’une centrale thermique à Obilic, située à moins de dix kilomètres de la capitale, plus une centrale plus petite, de même type, située dans la même région. J’en suis revenu en 2014 et les coupures d’électricité étaient monnaie courante, journalières. Impossible de prendre une douche chaude avant huit heures, les logements loués étaient souvent couplés à des générateurs électriques pour parer à ces désagréments récurents. C’est vous dire la puissance énergétique de ce pays. Mais là n’est pas le plus grave.
La centrale d’Obilic est entourée de petites communes, avec donc, des habitants. Le taux de mortalité dans cet endroit est l’un des plus important dans toute l’Europe, on ne compte plus le nombre et la variété des cancers, même chez les enfants.
Le pays regorge de lignite, une forme primaire de charbon qui se situe entre la tourbe et la houille. Il contient énormément d’eau et on doit le sécher pour pouvoir en faire un combustible de bas niveau de rendement.
La centrale fonctionne avec ce combustible. Mais cela dégage une fumée dont vous n’imaginez pas l’importance. Plus de 2,5 tonnes de poussières s’abattent par heure sur les villes avoisinantes, dont la capitale (données article du Monde du 05 décembre 2005). Le lignite étant par ailleurs riche en sulfure, il cause des pollutions responsables de pluies acides.

lignite production taux carbone

Il faut dire que le pays regorge de ce charbon bas de gamme, le cinquième plus grand gisement au monde.
L’Europe, pour se dédouaner, avait offert un système de filtration, qui n’a jamais été installé. On dit qu’il aurait été revendu par des responsables du pays à l’époque (rumeur), mais il n’a jamais été mis en fonction. N’oublions pas que ce pays fait partie des plus pauvres d’Europe.

En 2012, 8 % de la population du Kosovo vit avec moins d’un euro par jour et officiellement 38 % de la population est au chômage. (Données Wikipédia).

 

Des gisements de lignite qui valent une fortune.

À l’heure où l’on parle de plus en plus d’écologie, réclamer plus d’électricité de la part de ce pays me paraît être une horreur. Pour les populations voisines, mais aussi pour la planète. Surtout lorsque l’on invoque quelques minutes volées sur nos appareils électroménagers. Il est vrai que nos ordinateurs, téléphones, tablettes et réveils sont des outils bien futiles face à nos micro-ondes.
Ou alors, on nous cache la vérité. Peut-être que les gisements à fleurs de surface n’engendrant pas un coût de production élevé sont intéressants pour des multinationales ? Des états ? Le Kosovo se placerait derrière la Chine, les États-Unis, l’Australie et l’Allemagne en possibilité de production.
Dernier point non négligeable, ces mines sont aussi des sources de radon et de descendants radioactifs du radon, impliqués dans la genèse de nombreux cancers du poumon.

horloge retard

Pollution Kosovo lignite

S’offrent à nous deux solutions, soit les médias répètent en boucle des informations futiles sans vérifier le comment du pourquoi, ou alors… on nous prend pour des idiots. Personnellement, je commence à m’interroger de plus en plus.

Wendall Utroi

Sourcesarticle Le Monde

Wikipédia le lignite